leblogdeMonsieurDupont

Psyko-Land

Vendredi 9 décembre 2011 à 18:15

     Dans les tuyaux de l’assemblée nationale et du Sénat, un projet de loi vise à interdire la prostitution petit à petit. Le premier volet de cette interdiction serait la sanction financière contre les clients (faire de la location de prostipute un délit, en fait).

     Car la prostitution c’est bien cela au fond. De quoi s’agit-il si ce n’est de louer le corps sous conditions, de personnes désirant le louer ?!

     Sincèrement, est-ce que ce n’est pas nier les libertés des femmes que de leur
refuser le droit de disposer de leur corps comme elles l’entendent ? Les mêmes députés qui font interdire le port du voile dans les lieux publics agiraient comme des talibans en niant la liberté des femmes, en leur refusant le droit de louer leur vagin et leur bouche ?! Lorsque je travaille, je loue mes mains, mes forces physiques pour fournir une valeur ajoutée à un produit ou à un service, pour en faire bénéficier mon patron. La prostitution a cela de particulier qu’il s’agit de louer son corps en tant que tel, certes, mais qu’y a-t-il de mal à cela ? Sincèrement, qui fait du mal à qui quand un homme donne de l’argent à une femme qui en a besoin pour que celle-ci (de son propre chef) fournisse en échange un rapport sexuel à un homme qui en a besoin ?

     Alors j’entends déjà d’ici les gros sabots de ceux qui me diront qu’aucune femme ne se prostitue par plaisir, qu’elles feraient toutes autre chose si elles le pouvaient, qu’il faut pas participer à la misère humaine. Je leur répondrai qu’elles trouvent ça
moins dégradant que de se crever le cul à l’usine pour gagner trois fois moins, sinon elles ne le feraient pas (Je renvoie à ce sujet au très bon livre de Virginie Despentes : "King Kong Theorie") ! J’en reviens à la même chose : sortons deux secondes de nos carcans qui disent que le sexe c’est le diable ,et posons nous la question « qu’y a-t-il de dégradant dans cette profession ? ». Sérieusement, sans faire le naïf ! Ce qu’il y a de dégradant c’est de gagner 700euros par mois quand on a deux gosses à nourrir, et qu’on ose même pas seulement évoquer l’idée de démissionner de son mi-temps parce qu’on a pas un euro de marge à la fn du mois pour retomber sur ses pattes. Ce qu’il y a de dégradant c’est de ne même pas pouvoir cumuler deux mi-temps à 20h pour s’en sortir parce que les horaires d’une caissière c’est quand même du gros foutage de gueule ! Ce qu’il y a de dégradant c’est d’être à la disposition de son patron et esclave de son bon-vouloir parce qu’on a pas les moyens de pouvoir se barrer et faire pression sur lui. Il me semble que la prostipute fait un peu ce qu’elle veut, qu’elle gagne correctement sa vie, qu’elle est indépendante, etc.

     Alors justement, autre argument qu’on peut me balancer à la gueule, le plus percutant à mon sens, et qui est probablement le vrai cœur du problème : « oui mais Damieng, tu sais trrrrès bieng que les trois quarts des putes sont sous pression d’un mac, violentées, parfois étrangères avec leurs papiers gardés sous clef, sous un gun. » Le nœud du souci est donc
la criminalité et la violence qui règnent autour de ce milieu. Les proxénètes, les meurtres, la prostitution forcée. C’est tellement ancré dans les nos esprits de nos jours que c’est la seule image qu’on en a, le grand public. D’ailleurs la loi visant à interdire la prostitution se veut sans doute (et je doute pas que ça parte d’un bon fond) protectrice, et se clame comme voulant radier les violences faites aux femmes de ces réseaux.
     Je crois seulement que ce serait agir sous le coup d’une émotion tendant à déformer la réalité des concepts que d’interdire la prostitution. A ce que je sache, tuer des gens est déjà puni par la loi, retenir des gens contre leur gré sous pression quelconque est illégal, être proxénète ou criminel tombe déjà sous le coup de la loi. Pourquoi s’en prendre à ceux et celles qui ne font de mal à personne, quand les conditions sont réunies ? Ne serait-ce donc pas l’aveu d’une incapacité du gouvernement à assurer la sécurité des gens qui vivent sur son territoire ? N’est-ce pas avouer qu’on ne sait pas empêcher la criminalité de se constituer en réseau ? La police ne devrait-elle pas plutôt permettre aux travailleurs /travailleuses de gagner honnêtement leur vie, comme pour vous et moi ? L’état ne devrait-il pas plutôt
encadrer la profession et permettre aux travailleuses de cotiser pour leur retraite, leur santé, de payer des impôts comme n’importe quel citoyen Lambda ?
     Après tout, les hardeurs et hardeuses y ont droit. Les patrons de sex-shop et de clubs libertins aussi. On ne peut donc pas décemment dire que c’est inhérent au milieu des professions du sexe, puisque seules des prostitués sont violentées. Non, la vérité c’est que les gouvernements ont volontairement laissé tombé depuis longtemps cette profession, et que ne sachant plus comment retirer l’épine de la violence et du crime de leur pied, qu’ils ont laissé s’infecter depuis des années, ils (les gouvernements successifs) ont décidé d’amputer le pied. Plus de problème.
     Au nom d’empêcher la violence criminelle s’exerçant contre des femmes, on leur fait celle, psychologique, de leur
nier le droit à disposer de leur corps.



     Bientôt on interdira l’avortement et Marine sera présidente. Soyez fiers.



http://leblogdemonsieurdupont.cowblog.fr/images/images.jpg



Par Lady.Dylan le Vendredi 9 décembre 2011 à 20:34
<3

(Semi-point Godwin à la fin, tout de même.)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://leblogdemonsieurdupont.cowblog.fr/trackback/3156074

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast